Immunothérapie

14 août 2018

Le gros écueil de l’immunothérapie du cancer réside dans le fait que les cellules tumorales sont peu antigéniques, c’est-à-dire ne sont pas ou mal reconnues comme étrangères.

L’immunothérapie, à l’heure actuelle, n’est jamais le traitement dominant, mais peut aider à éradiquer la tumeur.

Les diverses méthodes d’immunothérapie

Immunothérapie locale

L’immunothérapie locale est pratiquée dans le cadre du cancer de la vessie, qui a tendance à récidiver après l’ablation chirurgicale. On stimule alors l’immunité locale par des injections locales du BCG dans la vessie.

Immunothérapie générale

En cas d’agression, l’organisme met en place des réactions puissantes de défense en libérant des produits : les anticorps ou les cytokines, secrétés par les lymphocytes qui sont les cellules de défense de l’organisme. L’interféron et l’interleukine 2 sont les deux variétés de cytokines les plus souvent utilisées actuellement. Elles sont aujourd’hui produites par génie génétique.

Source et suite de la définition : La Ligue Contre le Cancer

Partager :