Menu

04 91 22 35 15 pascalc@ipc.unicancer.fr

Le cancer du sein

Le Défi rose : Un programme de recherche et médecine de précision pour les patientes de la région.

image-1

Premier cancer chez la femme, avec un total de 51 000 nouveaux cas diagnostiqués en France chaque année et une incidence toujours à la hausse, le cancer du sein représente plus du tiers de l’ensemble des nouveaux cas de cancer chez la femme.

Image-5

Affiner toujours plus les connaissances sur les cancers du sein
L’oncogenèse mammaire est un processus complexe. Depuis une dizaine d’années, chercheurs et cliniciens spécialistes du cancer du sein ont mis en évidence des mécanismes moléculaires et des anomalies génétiques associées à l’apparition et au développement de la maladie, ainsi qu’à la dissémination tumorale.

Image-4

La prise en charge des maladies d’origine familiale
Les cancers sont des maladies dans lesquelles des anomalies génétiques sont systématiquement retrouvées au niveau de la tumeur. Parfois, ces altérations génétiques se sont accumulées au fil des années, en lien avec le mode de vie (radiations, fumée du tabac, alimentation, etc.), avant de donner naissance à la maladie.

Image-3

Un diagnostic plus sûr et de meilleure qualité
Chaque tumeur partage des caractéristiques communes avec d’autres mais est en même temps unique. Avec la caractérisation et la connaissance de plus en plus fine des cancers du sein, permise entre autres par le séquençage et par la compréhension des anomalies génétiques dans les processus de cancérisation, la biologie sert de guide à la prise en charge diagnostique puis thérapeutique. A l’avenir, on peut imaginer qu’une évaluation biologique et génétique sera réalisée à chaque stade de la prise en charge d’un cancer du sein.

Image-2

La biologie au service de la prise de décision et de la prise en charge thérapeutique
Le concept de thérapies ciblées a émergé face à un constat : la chimiothérapie est un traitement important, utile, mais pas assez spécifique.
On sait maintenant, notamment grâce aux recherches sur les gènes à l’œuvre dans le fonctionnement de la tumeur, qu’une seule thérapie ciblée ne suffit pas et qu’il est a priori nécessaire de combiner les thérapies ciblées, les différentes approches thérapeutiques.